• Catastrophe du 1er février 1973

    Je me souviens, comme si c'était hier ... J'étais au travail à environ 200 mètres du lieu de la catastrophe, quand soudain une boule de feu surgit dans la cour, suivie d'une explosion. Quant à mes parents, ils ont entendu la déflagration depuis notre maison à Nivelle soit à plus de 5 km de l'accident.

    Plusieurs mois durant, pour rentrer sur Nivelle, je devais traverser à pied le chemin qui n'en était plus un mais qui était devenu une épaisse couche de cendre épaisse et morbide. Une odeur de mort envahissait le quartier...

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

     

    Le 1er février 1973 à 17 h 15, c'est l'apocalypse qui s'abat sur le faubourg de Tournai à Saint-Amand les Eaux (Nord).

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

    Le chauffeur d'un camion citerne chargé de dix-neuf tonnes de propane est surpris lors d'une manoeuvre de dépassement d'un cycliste. Les coups de volant et de frein combinés qu'il donne, pour éviter une voiture, provoquent un fort effet de roulis du gaz liquéfié contenu dans la cuve. Au contact de l'air, le propane commence à se répandre en un nuage blanchâtre à cinquante mètres à la ronde.

    Le chauffeur est légèrement blessé.

    Dans l'un des virages, le camion-citerne se renverse sur une voiture qui venait en sens inverse. Ce dernier véhicule transporte une famille originaire de MORTAGNE. Il court vers un café proche pour alerter les secours. Sur sa route, il refoule les automobilistes et hurle à tout rompre aux riverains de s'enfuir le plus loin possible.

    Un réflexe plein de sang-froid qui a sans doute sauvé des vies.

    Quelques instants plus tard, les portes de l'enfer s'ouvrent. Une première inflamation du gaz propulse son soufle brûlant à des dizaines de mètres aux alentours. Puis, par un effet de "retour", le feu pénètre dans la citerne. C'est alors une bombe de dix-neuf tonnes qui explose en pleine ville... Le faubourg de Tournai s’embrase

    Bilan : neuf morts, trente blessés, vingt-trois habitations touchées dont treize détruites.

    La catastrophe influera sur les normes de transports des matières dangereuses.

    Très vite, les secours sont alertés.  Les premiers arrivés sur les lieux sont les pompiers Amandinois qui seront renforcés par la suite par les centres de secours venant de tout le département du nord. La Croix Rouge, La Police et la Gendarmerie apportent leurs concours pour la sécurité des lieux et la circulation des nombreuses ambulances appelées en renfort. Neuf morts sont transportés à l'ancien hôpital de la ville. Les corps sont réduits en bouillie. Une trentaine de blessés graves sont évacués dans l'urgence vers le CHR de LILLE.

    Les autres victimes sont des civils :

    • Mme WANBECQ Jacqueline 49 ans, boulangère à Flines lez Mortagne, et ses enfants Dominique et Jacques (18 et 15 ans) se trouvaient dans l’Ami 6  écrasée par le semi-remorque.
    • Derrière le semi-remorque, une 4L dans laquelle se trouvent Mr et Mme DELANGRE (habitant Denain) conscients du danger que représente le camion en feu, reculent leur voiture.....mais l’explosion provoque l'incendie des voitures, madame Hortense Delangre est tuée sur le coup tant par le souffle que par le feu, quant à son époux  Gaston, il est grièvement brûlé et décédera le 5  février au CHR de LILLE.

    Des habitants du quartier :

    • Mr Maurice DEPASSE, a succombé le lundi 12 février, l’explosion l’avait surpris alors qu’il se dirigeait vers sa maison, il s’était transformé en torche vivante.
    • Madame Josette DUREZ née REMY, tenancière du café "Ma Campagne", avait été surprise dans la cour de son café, par le "brouillard de gaz" qui s’était soudainement enflammé. Ce fut la 9ème victime de cette catastrophe.

    Neuf sapeurs pompiers ont été tous plus ou moins grièvement brûlés lors de l' explosion.  

    Stèle 

    Une stèle commémorative, œuvre du sculpteur Michel KARPOWICZ , est dévoilée par le Ministre Des Transports Jean-Claude GAYSSOT , en présence de MR. Le Député Maire Alain BOCQUET et de MR. Michel CORDIER, Président du Syndicat Intercommunal de Secours de l'Amandinois. 

    Enfin, j'ai rassemblé des photos trouvées sur google ... et une vidéo sur cette actualité (il suffit de cliquer ci-dessous).  

    24 Heures sur la Une : émission du 2 février 1973

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

     

     

     

     

     

     

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

     

     

     

     

     

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

     

     

     

     

     

      

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

       

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

     

     

     

     

     

     

      

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

    Le Château Proust :

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

    « Rue de mes AncêtresJuin 1940 le village coupé en deux – L’accident »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :