• Les Traces du Passé

    La Généalogie, c'est quoi ?

    La généalogie est d'abord une science, ayant pour objectif la recherche de l'origine et de la filiation des familles. Elle nous permet de découvrir nos origines, l'histoire de nos ancêtres au passé inconnu.

    Cela tient à la fois de l’aventure, de l’enquête policière familiale et nous permet d’explorer les couloirs du temps à travers les patronymes, la date et lei de naissance, le pays

    Mis à part le fait d'aligner des patronymes, la généalogie vous fera découvrir d'autres aspects tels : la date et le lieu de naissance...

    Et, comme Alice au pays des merveilles, nous découvrons des tas de choses qui ont composé l'histoire de ce qu’a était leur vie, et dont nous sommes les heureux héritiers !

    À nous de continuer à alimenter la suite...

    "Quand on aime la vie, on aime le passé, parce que c'est le présent tel qu'il a survécu dans la mémoire humaine" 

    Marguerite Yourcenar 

    livre 37Les Traces du Passélivre 37

     

    Recensement de la population :

    Une pratique ancienne qui s'accompagnait de «rituels»

         

     

    livre 37Les Traces du Passélivre 37 

     s.jpgLe plus petit soldat de France (Saint-Crépin, 1907) 

    La taille minimale exigée par l'armée a beaucoup varié au cours des siècles. 

    De 1832 jusque sous la Troisième République, elle est de 1,56 m.  

    Mais, en 1905, la peur du manque d’effectifs pousse le législateur à supprimer la taille minimale pour être incorporé dans l'armée française.

     livre 37Les Traces du Passélivre 37 


    l.jpg

    Résumé

     


      Le "croque-mort"

     Pourquoi un "croque-mort" s'appelle ainsi ?

    Il y a quelques années, pour être sûr que l'on enterrait pas quelqu'un vivant, celui qui était chargé de fermer le cercueil mordait l'orteil du présumé mort.

    livre 37Les Traces du Passélivre 37


    llll.jpg

     Langue française :

    Son origine et son évolution depuis le temps des Gaulois

    Le problème de l’origine de notre langue a reçu depuis le XVIe siècle les solutions les plus diverses ;

    On a tour à tour rattaché le français au grec, au celtique, au germanique, à l’hébreu, à d’autres langues encore.

    Il semble en réalité que le français dérive du latin importé en Gaule après la conquête de César, et qu’il commence de s’en affranchir après que la chute de l’empire romain et les invasions barbares aient isolé notre territoire des autres contrées européennes.

    livre 37Les Traces du Passélivre 37


    adp.jpg

    Le plus vieil arbre de Paris 

    A Paris, le plus vieil arbre connu, identifié et toujours vivant est un robinier planté en 1601 par le botaniste Jean Robin au sein du square Saint Julien le Pauvre (aujourd'hui square René-Viviani - Montebello).

     livre 37Les Traces du Passélivre 37

    livre 37

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Enfants Perdus, Enfants Trouvés

    Des vies d'autrefois....

    ... Pour se souvenir de ceux qui ont été oubliés !


     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Papa ...

     

       

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je me demande ce que tu as ressenti lorsque tu as emprunté la cage pour la première fois !

     

    Sans doute un violent sentiment de crainte et d'appréhension, même si tu étais entouré de six cents autres mineurs…

     

    On ne se sort pas de la mine sans écorchure.

     

    En 1974, une turbine t'est tombée dessus. Tu en fus quitte pour 6 semaines d'hôpital et 4 mois de rééducation... avant de retourner au charbon !

    Retourné ?

    Non …

    Cette saleté de silicose qui est arrivée sans crier garde ! Reconnu à 200%... ta vie de mineur s’en est finie là !

     

    Si Balzac décrit dans son œuvre un pacte diabolique, ton pacte à toi, tu l’as signé avec la mine. Elle t'a beaucoup apporté. C'est grâce à elle que tu as, de la sueur de ton front fonder une famille.

    Je rends hommage à toi, papa, chevalier de la noire gaillette, toi qui a risqué ta vie tout au long de ta carrière au fonds du trou noir, plus de 10 heures par jour, 6 jours sur 7...

     

    - - - - - - - - - - - -

     

     


    votre commentaire
  • Enfants, nous allions dans des voitures sans ceinture de sécurité, ni airbags ! 

    Pas de bouchons de sécurité sur les bouteilles de médicaments ni sur les tiroirs et les portes ! 

    Quand nous partions à vélo nous n'avions ni casque ni protection pour les coudes et les genoux ! 

    Nos parents ne portaient pas plainte contre la mairie parce qu'il avait un trou dans le goudron qui nous avait fait tomber ! 

    On buvait de l'eau du robinet, du jardin ou là où on en trouvait jusqu’à ce qu'on n'ait plus soif ! 
    On n'avait pas de bouteille minérale . 

    On se laissait tomber contre un arbre ou par terre ! 
    Le SAMU n'intervenait pas à chaque chute ! 

    On sortait jouer à la seule condition de rentrer pour l'heure du repas.

    On allait à l'école pour travailler et apprendre et non pour développer notre potentiel de créativité ou notre popularité ! Lorsqu'on ne travaillait pas, l'instituteur nous donnait des punitions ou des coups de règles sur les doigts ! Nos parents ne sont jamais aller porter plainte ni frapper l'instit', on savait qu'on l'avait mérité ! 

    On n'avait pas de portable, on écrivait des lettres et des cartes postales ! 

    On se coupait, on se cassait les os, on perdait des dents, mais il n'y avait jamais de plainte déposée pour ces accidents . Personne n'était coupable sauf nous mêmes ! 

    On jouait aux gendarmes et aux voleurs, on jouait avec des pétards, on n'a jamais fait brûler des voitures ! 

    On partageait un coca à 4 (quand on pouvait se l'acheter car c'était la bouteille en verre de 1 litre). On buvait tous à la même bouteille et personne n'est mort de le faire ! 

    On n'avait pas de Playstation, Mp3, Nintendo, 99 chaines de tv par le câble...
    Par contre on avait de vrais amis, on sortait, on prenait nos vélos ou on marchait jusqu'à chez nos copains. On sonnait ou on entrait tout simplement et on allait jouer ! 
    On jouait avec des bâtons, avec des balles de tennis , à cache cache, aux football, au ballon prisonnier, à la poupée, aux petites voitures et non au SIM'S et SECOND LIFE .
     

    Certains n'étaient pas de très bons élèves ils devaient simplement redoubler l'année quand ils ne réussissaient pas. Personne n'allait chez les psychologues ou les pédopsychiatres ! 

    On a fait l'expérience de la liberté, du succès et des échecs des responsabilités !

    Et on a appris à se débrouiller !!! 
    Etes vous aussi de cette génération ?


    votre commentaire
  • La Méthode Pratique d'Ecriture-Lecture en 1900

    Quel plaisir de tomber sur cette Méthode Pratique d'Ecriture-Lecture éditée par A. RENAULT. On peut voir que cette méthode est un "enseignement simultané de l'écriture, de la lecture, de l'orthographe et du dessin.  

         La Méthode Pratique d'Ecriture-Lecture en 1900      

     La Méthode Pratique d'Ecriture-Lecture en 1900

    La Méthode Pratique d'Ecriture-Lecture en 1900

    La Méthode Pratique d'Ecriture-Lecture en 1900

    La Méthode Pratique d'Ecriture-Lecture en 1900

     Cette méthode est faite pour être appliquée à des enfants du cours élémentaire, âgés de 7 à 9 ans.

     


    votre commentaire
  • Il est laboureur et cultive de nombreuses terres qu'il possède.

    C'est un homme aisé, ainsi qu'en témoignent à la fois les actes de vente passés devant les échevins et les partages réalisés lors de son 4ème mariage.

    Il acquiert la bourgeoisie, comme son frère Philippe, il est cité comme bourgeois en 1715.

    Il habite d'abord le faubourg d'Orchies avec son frère Philippe, puis rue du Marillon à partir de 1709. Il est cité dès 1692 avec sa mère pour le paiement des tailles au Faubourg de la porte d'Orchies et en mars 1693, pour un partage avec sa mère et ses frère et pour la vente d'une terre avec sa femme Marguerite Cocquereau, son beau-frère Jean-Baptiste Cocquereau et leur beau-père Pierre Curé.

    Ses terres sont situées principalement hors de la porte d'Orchies, où il paye la capitation en 1696 et 1697. Puis, pour les années 1709, 1717 et 1732, il figure sur le rôle de capitation pour la rue du Marillon, à l'intérieur de la ville. Il acquiert à cet endroit, "maison, lieu et héritage" où il s'est installé avant décembre 1714.


    - Mariage 1 : Vente du 22/05/1698; éch de St-Amand; terre;
    - Reconnaissance d'héritage du 06/07/1702;éch de St-Amand; Vente du 12/06/1710; éch de St-Amand;terre


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique