• Evénements

    Histoires vécues

    Histoires locales

    Événements historiques

    Un tremplin dans une généalogie …

  • Caractéristiques générales

    Num Base : 88

    Département : Nord

    Lieu d'observation : NIVELLE

    Latitude : 50,47

    Longitude : +3,44

    Date d'observation : 03 octobre 1954

    Heure : 00 :15 heures

    Durée (HH:MM:SS) : NC

    Type d'observation : Visuel proche avec personnages

    Nbre de témoin(s) : 1

     

     Caractéristiques de l'objet

    Nbre d'objet : 1

    Type d'objet : boule lumineuse

    Taille estimée : 2 à 5 mètres

    Mouvement/Déplacement : objet au sol

    Disparition instantanée : non 

    Caractéristiques de/des entité(s)

    Nombre : 2

    Description : Petits (1 mètre à 1,20 mètre) sans précision

    Action : Discussion entre entités

    Effets sur le témoin : Peur incontrôlée 

    Observation

    Le témoin regagne St Amand les Eaux à vélo. Il suit le chemin de halage du canal qui longe la Scarpe. A la sortie de Nivelle il entend parler dans un langage qui lui est inconnu. "J'ai tourné la tête et en contrebas du chemin, dans un pâturage, j'ai aperçu à la faible clarté de la lune, une boule d'environ 3 m de diamètre. Auprès d'elle il y avait deux petits êtres, dont la taille n'excédait pas 1 mètre, ils discutaient. Ils avaient de grosses têtes. Leurs vêtements étaient lumineux." Epouvanté, il prend la fuite. Le lendemain il fait sa déposition à la gendarmerie. 

    Sources : Face aux Extra terrestres par Garreau et Lavier ** DELARGE 1975 

    Rapports :

    [Ref. gl1:] CHARLES GARREAU ET OLIVIER LAVIER :

    Charles Garreau et Olivier Lavier écrivent dans leur ouvrage que le 3 octobre 1954, à 0:15, à Nivelles, Marcel Sénéchal de Saint Amant-les-Eaux était en train de rentrer chez lui à vélo en suivant le chemin de halage du canal qui longe la Scarpe. En atteignant la sortie de Nivelles, il a entendu des voix s'exprimant dans un langage qui lui était inconnu.

    Il raconte :   "J'ai tourné la tête et en contrebas du chemin, dans un pâturage, j'ai aperçu à la faible clarté de la lune, une boule d'environ 3 mètres de diamètre. Auprès d'elle, il y avait deux petits êtres, dont la taille n'excédait pas 1 mètre, ils discutaient. Ils avaient de grosses têtes. Leurs vêtements étaient lumineux."

    Il a pris la fuite, très effrayé, et a fait une déposition auprès de la gendarmerie le lendemain.

    [Ref. bb1:] JACQUES BARTHEL ET GERARD BRUCKER :

    Les auteurs indiquent que dans la région de Nivelles monsieur Sénéchal a entendu des bribes de conversations d'entités à grosses têtes lumineuses alors qu'il roulait à vélo.

    [Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON :

    Les auteurs indique que le 3 octobre 1954 à 0:15 à Nivelles, Marcel Sénéchal, ouvrier métallurgiste, 20 ans, regagne Saint-Amand-les-Eaux à bicyclette en suivant le chemin de halage qui longe la Scarpe.

    Au niveau de la "pâture Vandeville" à la sortie de Nivelles, il entend parler dans un langage inconnu, et en contrebas du chemin, sur sa droite, il voit une meule lumineuse de 3 mètres de diamètres d'où sort un rayon lumineux, et deux formes humaines de 1.20 mètres de haut, à grosses têtes, vêtues d'un vêtement brillant.

    Il est épouvanté, fuit, et va raconter cela au commissariat de Saint-Amand. Mr. Gravet, le commissaire, et deux inspecteurs se rendent sur les lieux mais ne peuvent pas relever pas de traces.

    Les auteurs indiquent que les sources sont "Face aux Extraterrestres" de C. Garreau et R. Lavier en page 128; Nord Matin et La Croix du Nord; bulletin du GNEOVNI N.5 "Chronologie d'un Dimanche fantastique" de M. Dominique Caudron.

    [Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE :

    Godelieve van Overmeire indique qu'en 1954, le 3 octobre, en France, Nivelles (Nord), à 0 h 15 Marcel Sénéchal regagne St Amand les Eaux à vélo. Il suit le chemin de halage du canal qui longe la Scarpe. A la sortie de Nivelles il entend parler dans un langage qui lui est inconnu. "J'ai tourné la tête et en contrebas du chemin, dans un pâturage, j'ai aperçu à la faible clarté de la lune, une boule d'environ 3 m de diamètre. Auprès d'elle il y avait deux petits êtres, dont la taille n'excédait pas 1 mètre, ils discutaient. Ils avaient de grosses têtes. Leurs vêtements étaient lumineux." Epouvanté il prend la fuite. Le lendemain il fait sa déposition à la gendarmerie.

    La source est indiquée comme "Face aux extra-terrestres" - Delarge 1975 - J'ai Lu, p. 132. 

    [Ref. ar1:] ALBERT ROSALES :

    99. Lieu. Près de Saint Amand-les-Eaux Nord France

    Date: 3 octobre 1954

    Heure: 0015A

    Environ 15 minutes après minuit, un ouvrier de la métallurgie, Marcel Sénéchal, roulait en bicyclette sur le chemin de halage d'un canal quand il a entendu des voix; dans un pré voisin il a vu un objet sphérique d'environ 3 mètres de diamètre près duquel il y avait deux êtres, d'un mètre de taille, qui se parlaient l'un à l'autre. Leurs têtes étaient très grandes et leurs tenues lumineuses. Le témoin s'est sauvé. Le matin suivant il l'a rapporté aux gendarmes qui n'ont pas pu trouver la moindre trace quand ils se sont rendus sur le site.

    Humcat 1954-20

    Source: Joel Mesnard et Jean Marie Bigorne

    Type: C 

    [Ref. jd1:] JEAN-PIERRE D'HONDT :

    L'ufologue indique que le 3 octobre 1954 vers 1 h du matin, Mr Marcel Sénéchal, 20 ans, ouvrier métallurgiste rejoint la ville de St Amand les Eaux à bicyclette par le chemin de halage longeant la rivière la Scarpe. A la sortie de Nivelles 59, à la hauteur du lieu-dit "la pâture Vandeville", il a entendu une conversation dans un langage inconnu. En tournant la tête il a aperçu en contrebas du chemin sur sa droite ce qu'il a comparé à une meule lumineuse d'où sortait un rayon lumineux et à côté deux formes humaines d'environ 1 m 20, revêtues d'un vêtement brillant.

    Affolé, il s'est enfui à toutes pédales et est allé raconter son aventure au commissariat de St Amand. Le commissaire, Mr Gravet, et deux inspecteurs, se sont rendus sur les lieux, mais n'ont relevé aucune trace.

    Les références données sont les journaux "Nord Matin" et "La Croix du Nord", et le Bulletin du GNEOVNI N° 5. 

    [Ref. lc1:] LUC CHASTAN :

    Luc Chastan indique que dans le Nord à Nivelle le 3 octobre 1954 à 00:15 heures le témoin regagne St Amand les Eaux à vélo. Il suit le chemin de halage du canal qui longe la Scarpe. A la sortie de Nivelle il entend parler dans un langage qui lui est inconnu. "J'ai tourné la tête et en contrebas du chemin, dans un pâturage, j'ai aperçu à la faible clarté de la lune, une boule d'environ 3 m de diamètre. Auprès d'elle il y avait deux petits êtres, dont la taille n'excédait pas 1 mètre, ils discutaient. Ils avaient de grosses têtes. Leurs vêtements étaient lumineux." Epouvanté, il prend la fuite. Le lendemain il fait sa déposition à la gendarmerie.

    Luc Chastan indique que la source est "Face aux Extra-terrestres par Garreau et Lavier ** DELARGE 1975," 

    [Ref. dj2:] DONALD JONHSON :

    Donald Johnson indique que la première RR3 du 3 octobre 1954, s'est produite à 12:15 heure du matin à Nivelles, Nord, France. Un métallurgiste de 20 ans, Marcel Sénéchal, a été témoin d'un objet sphérique de trois mètres de diamètre au sol dans un pré près d'un canal. Deux êtres d'un mètre de haut ont été vus parlant entre eux. Leurs têtes étaient très grandes, et ils ont porté des costumes lumineux.

    Les sources sont notées: "Sider, Jean, Dossier 1954 et l'Imposture Rationaliste, p. 181; Michel Figuet & Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le Premier Dossier Complet des Rencontres Rapprochées en France, pp. 110-111."

     


    votre commentaire
  • Je me souviens, comme si c'était hier ... J'étais au travail à environ 200 mètres du lieu de la catastrophe, quand soudain une boule de feu surgit dans la cour, suivie d'une explosion. Quant à mes parents, ils ont entendu la déflagration depuis notre maison à Nivelle soit à plus de 5 km de l'accident.

    Plusieurs mois durant, pour rentrer sur Nivelle, je devais traverser à pied le chemin qui n'en était plus un mais qui était devenu une épaisse couche de cendre épaisse et morbide. Une odeur de mort envahissait le quartier...

    CATASTROPHE DU FAUBOURG DE TOURNAI à SAINT-AMAND-LES-EAUX DU 1er FEVRIER 1973

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Juin 1940 le village coupé en deux – L’accident

     

     

    (Tous Droits Réservés)

    Par contre, je recherche une photo du pont de la Scarpe située à proximité du lieu de la photo. Merci.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Annales du jour de naissance de mon grand-père maternel.


    votre commentaire
    • 1596 - 1603 : peste.
    • 1600 : Hiver très rigoureux.
    • 1602 : Tremblement de terre en Belgique et aux Pays-Bas.
    • 1602 à 1604 - La peste à Lille, Douai, Orchies.
    • 1603 - La peste à Bruxelles et Gand. 
    • 1603 à 1605 - La peste sévit durant 3 ans à Anvers. 
    • 1604 - 1605 - Epidémie de peste à Saint-Omer et dans le Luxembourg. 
    • 1606 : Chasse aux sorcières, nombreuses exécutions - Un enfant sur deux est mis à mort en Belgique. En mars, ouragan près de Liège.
    • 1607 - 1608 : Hiver très rigoureux.
    • 1609 : Guerres - Inondations dans le Tournaisis.
    • 1613 : Invasion de sauterelles en Belgique.
    • 1615 - 1617 : Sécheresse, famine, épidémie de peste à Lessines, Ath, Mons et Liège.
    • 1617 - 1618 : La peste à Anvers, Enghien, Lille, Douai (7000 victimes)
    • 1635 - 1637 : Peste.
    • 1646 : 58 jours de chaleur exténuante.
    • 1709 : Mois de Janvier exceptionnellement froid.
    • 1718 : Les rivières se dessèchent, une seule pluie en 9 mois.
    • 1740 : 3 mois de gelée.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le 16 février 1832 - Règlement des juges, affaire Willay, Cour de Cassation, Chambre Criminelle, Maître de Bastard.

    Le procès instruit en première instance au tribunal d'instance de Valenciennes, contre le nommé J-B WILLAY dit Baptiste casquette, prévenu de résistance avec violences et voies de fait, en frappant avec un bâton dont il était armé, des préposés de douane dans l'exercice de leurs fonctions. Le tribunal est rendu incompétent au terme de l'art. 211, par le motif qu'il résulte des dépositions des témoins, que la rébellion qui fait l'objet du procès, l'a été par une réunion de 7 personnes armées de bâtons qui en ont fait usage pour frapper les employés des douanes de Loffre et Marcart, et que la rébellion dans ces circonstances, rend le tribunal incompétent...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique